Ugly Love de Colleen Hoover

Résumé :  Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n’est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n’a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d’attaches, simplement la passion… Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur. Cependant, ils vont vite comprendre que le cœur ne suit pas d’autres règles que les siennes. L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

Mon avis : on m’avait dit avec Colleen Hoover ça passe ou ça casse , malgré tout le résumé d’Ugly Love me tentait, alors je l’avais demandé et eu pour Noel 2016, comme quoi ce livre date un petit peu, mais je me suis décidée, certes j’avais peur, mais c’était stupide, mon premier C.Hoover et perso je vous l’avoue c’est un vrai coup de cœur , le livre m’a tellement touché, l’histoire ou plutôt le passé de Miles m’ont tellement touché , que j’ai du retenir mes larmes à plus d’une reprises, même si je vous l’avoue à la fin quand j’ai fermé le livre , j’ai pleuré comme une gamine amoureuse qui vient de perdre l’amour de sa vie, c’est stupide je l’avoue, fin bref , pourtant cela démarre comme une histoire banale, Tate, une jeune femme emménage chez son frère qui, évidemment, a des amis qui sont aussi ses voisins de palier, super beaux, super gentils et avec des boulots super géniaux (le fantasme du pilote de ligne se met en place) !
Tate cette femme avec son bon petit caractère est la bouffée,elle est par excellence la jeune femme qui s’assume, qui vit pleinement son désir et ses envies. Miles est le mec trop mystérieux qui nous met la tête sous l’eau, mais le pire c’est qu’on en prend notre pied , à croire qu’on adore souffrir ….
Le présent de narration, que je fuis généralement comme la peste, acquiert ici toute son importance. L’alternance de chapitres dans le présent avec ceux qui se sont déroulés six ans avant nous permet d’éviter de cataloguer notre chère pilote sexy en dieu comme un « beau salaud » et, finalement, de le voir avec les yeux de Tate nous donne envie de le protégé, après tout il est simplement un homme détruit , un homme qui a goûté au vrai bonheur et qui finalement en quelques minutes a tout perdu.
Les pages défilent et  Tate commet peut être la pire erreur ou non mais elle s’attache à Mile, Miles s’attache à Tate certes mais en bon pseudo bad boy il refuse de l’accepter. Aimer ne fait pas partie de son programme, plus jamais il n’aimera une femme il se le jure depuis des années. Les pages défilent, son passé semble heureux, mais l’on sent que quelque chose se profile, et c’est terrifiant de penser que le bonheur pour lequel il s’est battu six ans auparavant, va voler en éclats à un moment ou à un autre. Parce qu’il ne peut que voler en éclats ? On ne peut pas avoir autant peur d’aimer sans bonne raison…
La construction intelligente de la narration m’a complètement faite prisonnière du récit. C’est pourtant un recours banal que d’osciller entre passé et présent, mais avec C.Hoover  les deux se confondent d’une façon diablement efficace.  Au final on retient juste que tout est prévisible, mais surtout que tout est également imprévisible, de quoi devenir dingue de cette fabuleuse histoire , au final on peut dire cette sublime phrase « faite l’amour et pas la guerre. » Ainsi je lui donne donc un 20/20 même si encore une fois il vaut au moins 30/20 .

finalement y’a quoi dans le coran ?

Ce livre est co-écrit par deux personnes : Ismaël Saidi et Rachid Benzine

« Le Coran, tout le monde en parle, le convoque, mais bien peu le connaissent vraiment. Surtout, on lui fait dire beaucoup de choses qu’en réalité il ne dit pas ! »

Conscients de la grande ignorance qui entoure le texte sacré des musulmans, l’islamologue, Rachid Benzine, et l’auteur et metteur en scène, Ismaël Saidi, ont choisi d’unir leurs efforts, afin d’offrir une nouvelle voie d’approche du Coran qui conjugue intelligence et humour. Qui est Muhammad ? Qui sont les « mécréants » auxquels sont promis tant de malheurs ? Qui sont les juifs dont il est question dans plusieurs versets ? Qu’est-ce que le « djihad » ? Le Coran est-il vraiment violent ? Pourquoi parle-t-on de nourritures et de comportements « halal » ? Aux questions posées avec humour par Ismaël Saidi, Rachid Benzine apporte des réponses à la fois claires et rigoureuses, en faisant appel aux ressources de l’Histoire, de l’anthropologie, ou encore à la sémiologie.
En neuf chapitres, déployant une pédagogie tout à fait originale, les deux auteurs abordent les principales questions que beaucoup se posent. Avec eux, le lecteur fait ainsi un voyage aux sources du Coran, découvrant la société arabe du 7 ème siècle qui a été la réceptrice de cette parole devenue livre.

Mon avis : je ne suis pas ici pour parlé de religion, fin de ma religion, mais ce livre je devais le lire, car je pense que beaucoup de personnes doivent le lire, musulmans comme non musulmans, car « on » (je ne vise personne) fait souvent des amalgames , et ‘on’ confond souvent , le musulman, du musulman extrémiste, et le terroriste, pourquoi ? simplement car  on préfère écouté la télévision qui fabrique des choses, au lieu d’allé à la source, et cela vaut pour toutes les religions , sexualités, éducations, traditions …

Ce livre apprend pas mal de choses certes pas tout je l’avoue , mais on apprend que ne pas porté le voile est en rien un crime , que mangé dans un restaurant qui vend de l’alcool et du porc tant qu’on en consomme pas est tout à fait possible. Finalement ce livre sert autant au musulman qu’au non musulman, j’ai vraiment aimé le lire, certes je l’ai dévoré et trouvé trop court , j’ai hésité à en parlé , malgré tout je le fais car je trouve important que les jeunes d’aujourd’hui soient plus ouvert d’esprit , car le sexe, la religion, la sexualité , et bien d’autres choses ne sont en rien des maladies, et que le racisme est une chose que je veux combattre toute ma vie, ainsi je vais pas faire un long monologue cela ne va servir à rien, je vous conseille juste de lire ce livre, car à mes yeux il est important, ainsi donc je donne un 20/20 même si pour moi il vaut au moins un 30/20 .

Beaux mecs et sac d’embrouilles de Meg Cabot

Résumé :
Mentir, ça n’a vraiment rien de compliqué. En tous cas, cela n’a jamais été un problème pour moi. Jusqu’à l’arrivée d’un certain Tommy Sullivan, fraîchement débarqué en ville dans le seul but de me gâcher l’existence.
Bon, d’accord, j’ai trahi sa confiance quand on était au collège, mais c’était il y a quatre ans ! Sans compter qu’il en a profité pour devenir un vrai canon !
Entre mes deux petits copains et mes gros mensonges, le concours  » miss Clam  » et mon job au restaurant, je ne sais plus où donner de la tête. Et je crois que le retour de Tommy ne va pas arranger les choses…
Mon avis : Je dois l’avoué, ce livre est assez jeunesse, à 27 ans je suis surement trop âgée, malgré tout j’ai vraiment aimé cette histoire, qui est vraiment sympa, katie ne sait plus ou donné de la tête entre son copain, son amant et le beaux tommy fraîchement débarqué en ville, entre tout ces mensonges et ces bisous volés, et ce mec qui re débarque , la pauvre ne sait plus vraiment quoi faire, elle qui a toujours tout fait pour être parfaite , après avec mon age j’ai envie de dire que l’intrigue fut microscopique, un dénouement que j’ai quand même vu venir .. ; Certes  pas désagréable sur le moment. j’ai aimé le style de Meg cabot , qui m’a ramené à l’époque du lycée c’est super cool, c’est une jolie romance pour les adolescentes , le livre se lit très vite, finalement c’est une lecture sympathique, marrante, légère, et surtout parfaite pour l’été en vrai . Mon point négative c’est que notre héroïne est quand même un peu pour pas dire pas mal  stéréotypée, finalement je donne un petit 14/20 à cette histoire, que je conseille aux jeunes adolescentes , mais pas forcément aux gens de mon age désolé .

Livres de Kate Hewitt et Janette kenny

Kate Hewitt , Janette Kenny et d’autres ont écrit une saga « Bad Blood » composé de 8 tomes et bien sur je ne le savais pas , alors l’an passé quand j’ai vu le tome 6 « la fierté de rafael » et « Retour à Wolfe Manor j’ai pensé à une duologie mais non quel dommage , j’ai donc lu malgré tout ces deux tomes .

résumé de « la fierté de Rafael » :  Intrépides, brillants, libres, les huit héritiers de l’empire Wolfe sont aussi puissants que richissimes. Ce dont ils ne se doutaient pas, c’est que l’amour se mettrait un jour en travers de leur chemin…RAFAEL lui est : Orgueilleux. Sombre. Illégitime.

Au moment de retrouver Rafael, Leila sent son cœur se mettre à battre follement dans sa poitrine. Enfin, elle va revoir son mari, dont elle a été séparée pendant de longs mois, et savourer dans ses bras des retrouvailles tendres et passionnées. Mais quand Rafael, à sa grande surprise, lui explique qu’il souhaite à présent avoir un enfant, un héritier, et fonder une famille, Leila sent la panique et l’angoisse l’envahir.Désormais, elle en est certaine : si Rafael apprend le secret qu’elle lui cache depuis des mois, il la quittera pour une autre femme, capable, elle, de lui donner ce qu’il désire…

mon avis : c’est le premier des deux que j’ai lu mais c’est quand meme le 6 eme sur 8 de la saga , superbe quoi …. Ce tome reste une  romance agréable. un point positive c’est que dans l’histoire  le couple vedette est déjà mariés, et ça change !

Ici Raphael et Leila s’aiment à la folie, mais leur carrière leur prend beaucoup de temps. leurs cinq années de mariage ont étaient mouvementé et surtout la dernière année. Ce livre raconte une histoire pleine de douceurs, d’émotions comme la joie et la tristesse mais également de la sensualité aussi. Un homme au sang chaud et une femme presque fragile mais qui sait ce qu’elle veut. J’ai aimé les voir évoluer : se dévorer des yeux, ou s’aimer tout simplement. Un couple qui fut très mignon, il méritait un peu plus de page, j’ai sentis l’histoire un petit peu bâclée vers la fin, malgré tout je lui donne un 14/20.

Puis le deuxième qui est en réalité le tome 8 : Retour à Wolfe Manor

résumé :

JACOB est SOLITAIRE, ARROGANT et surtout TOURMENTE.
En décidant de s’installer dans le petit cottage attenant à Wolfe Manor,
où elle a longtemps vécu avec son père, Mollie ne s’attendait pas à
trouver Jacob Wolfe installé dans la vaste propriété. Mais même sous le
choc, elle a assez de lucidité pour s’apercevoir que Jacob est encore
plus sombre et tourmenté que par le passé, et encore plus séduisant ; Si
bien qu’elle n’hésite que quelques secondes lorsqu’il lui lance un
ultimatum : soit elle accepte de redessiner le jardin de la propriété,
soit elle quitte les lieux sur-le-champ. Décidée à faire taire ses
inquiétudes, Mollie se convainc qu’elle va réussir la mission que Jacob
lui a confiée. Et qu’elle parviendra aussi à faire fondre la muraille de
glace qui entoure son cœur…

Mon avis : On va dire que j’ai autant aimé l’un que l’autre j’ai beaucoup appréciée la « rencontre » entre Jacob et Mollie Mollie qui a toujours eu le rôle de l’observatrice invisible dans le jardins des Wolfe. Son père est décédé quelques mois plus tôt et elle est maintenant de retour pour vider la maison des affaires de son père et ensuite elle compte débuter sa carrière de jardinière paysagiste. C’est là que Jacob l’engage pour refaire les jardins de Wolfe manor laissés en friche. Jadis ces jardins étaient justement la fierté du père de Mollie … en l’honneur de sa mémoire elle décide d’accepter le travail.
De son côté Jacob a aussi un travail personnel à accomplir, s’affranchir de ses démons intérieurs, de sa culpabilité pour tout ce qui est arrivé et aussi de ses cauchemars qui lui laisse entrevoir à quel point il ressemble à son père. Leur histoire semble avoir toujours existait sans vraiment existait, dès le début on sent qu’ils vont finir ensemble, alors qu’ils jouent au jeu du chat et la souris, ce qui amuse par moments, malgré tout on voit bien que leur couple est fait pour être un sublime couple , malgré tout je donne qu’un 13/20

voici l’ordre des 8 livres et de leurs auteurs :

tome 1 : L’orgueil de Nathaniel de Sarah Morgan

tome 2 : Le play-boy de Wolfe Manor de Caitlin Crews

Tome 3 : Face au scandale d’Abby Green

 Tome 4 : Le défi d’Alex Wolfe de Robyn Grady

Tome 5 : L’héritier rebelle de Lynn Raye Harris

Tome 6 : La fierté de Rafael de Janette Kenny

Tome 7: Le secret d’Annabelle de Jennie Lucas

tome 8 : Retour à Wolfe Manor de Kate Hewitt

Nicola Yoon : Everything everything

résumé :

Maddy, est une jeune femme de dix-huit ans souffrant d’un déficit immunitaire combiné sévère(maladie de l’enfant bulle), l’obligeant à rester chez elle sous surveillance. Un jour, elle fait la connaissance de son nouveau voisin, Olly. Ils commencent à sympathiser et tombent amoureux l’un de l’autre. Cependant, cette relation est menacée par la pathologie de Maddy, la coupant du monde extérieur.

Mon avis : Peut-on tomber amoureuse d’un livre ?? si oui alors je suis raide dingue amoureuse de ce livre, Nicola nous parle d’une jeune femme qui aime énormément lire on dirait moi, mais j’ai rien dis . Nicola a un style littéraire tellement magnifique c’est son premier livre et elle a déjà tout d’une grande auteur ,  ce livre est une petite en or, pour pas dire un diamant brute, il est vraiment , sublime, puissant, charmant, déchirant, et prenant . Finalement c’ est l’un des rares romans qui m’a touché je me suis jamais sentie aussi heureuse et triste à la fois, finalement une phrase du livre dit : « Le plus grand risque dans la vie, c’est de ne pas en prendre. » mon risque à moi c’était la peur de ne pas aimé un livre que tout le monde aime, et finalement j’en suis amoureuse , Maddy et Olly sont si touchant , un joli petit couple, elle l’aime au point de prendre des risques, et lui l’aime au point de ne pas vouloir qu’elle prenne ces risques, la fin je l’ai un peu vu venir mais je me disais non impossible, et finalement si, mon dieu mais qu’elle fin incroyable, si touchante, le livre est écrit du point de vue de Maddy se qui renforce un lien avec elle, on a l’impression de lire son journal intime, voir même  être  elle , les petites notes, les dessins, les fiches sont bien là pour nous donné ces sentiments , finalement ce livre à tout pour plaire, sauf que finalement à la fin j’en voulais encore , quelle idée de lire un livre en trois jours ? En prenant tout son temps le pire, mais c’est la vie , ainsi donc j’ai entendue dire que c’était un livre pour ado, à 27 ans je dément cela, et pour finir je donne un 20/20 même si il mérite au moins un petit 30/20 .

Prince des ténèbres de rachel caine

Résumé : Au sein des maisons Montague et Capulet, un seul mot d’ordre : le pouvoir. Les hommes naissent pour combattre et meurent pour l’honneur. Leurs unions sont régies par l’argent. Les femmes, elles, sont une monnaie d’échange. Leur destin est écrit. Benvolio Montague, le cousin de Roméo, en est conscient et serait prêt à mourir pour sa lignée. Néanmoins, une étincelle de rébellion couve en lui. La nuit, il devient le prince des ténèbres : le plus grand bandit de Vérone, spécialiste des larcins chez les Capulet. Ce faisant, il pose un jour les yeux sur Rosaline, la soeur de Tybalt, promise au couvent.Dès lors, une terrible malédiction s’éveille, menaçant de réécrire l’histoire de Vérone et de ses habitants…

Mon avis : Alors rachel caine, je l’a découvrait avec ce livre et que dire, j’attendais beaucoup de ce livre, ré-écriture de Roméo et Juliette oblige, et franchement le Prince des Ténèbres garde son charme brut, on y retrouve le coté sombre et dramatique, que nous donne ce grand William Sheakespare , tout en se nuançant malgré tout par un coté de folie ; Rachel quand à elle possède un style que je peux qualifié d’addictif, et sutout passionnant. Elle présente sa version troublante, de nos amants maudits de vérone; Des morts peuplent les pages : Capulet et Montague se battent pour tout et rien, d’ailleurs la grand-mère Montague rêve juste que ces petits fils (Benvolio et Roméo) ainsi que leur ami (Mercutio) brisent les Capulet , la jeune soeur de Benvolio est une petite peste qui adore créer les emmerdes, on a de la destruction à tout vent , qui créer bien des malheurs aux deux familles, malgré tout on a aussi des romances touchantes .
Au final, le Prince des Ténèbres conquiert le coeur en revisitant d’une manière originale les liens entre les Montague et les Capulet. Et oui ne dit-on pas que de la haine naît l’amour après tout . La magie a donc agit avec moi , ce livre a capturé mon attention jusqu’au bout, au point que sur la plage toutes les personnes qui m’ont vus lire , ont pensés que j’étais un rat de bibliothèque ; Les émotions de nos personnages  se montrent complexes, brutes, les larmes coulent, les étincelles fusent. La tragédie est toujours présente, j’ai étais prise aux tripes, ce qui arrive pas très souvent avec moi,  Rachel brise les barrières et donne vie à un récit lumineux, et sombre à la fois , au final mon coeur en sort pas indemme, ainsi donc je l’avoue j’ai mis un 20/20 qui sous estime le livre qui vaut au moins un 30/20 , rachel m’a juste donné envie d’avoir une suite, à la fin j’avais envie de pleuré .

A savoir sur notre chère Rachel :

Elle née à White Sands Missile Range, au Nouveau-Mexique , le 27 avril 1962 ; En vrai « Rachel Caine » est le nom de plume de Roxanne Longstreet Conrad, écrivaine américaine de science-fiction, fantasy, mystère, suspense et romans d’horreur. Elle est l’auteur de plus de 30 livres pour jeunes adultes. Ses thèmes de prédilection sont le fantastique et l’amour. Elle a fait ses études à l’Université Texas Tech. Rachel Caine écrit et publie des romans et des nouvelles depuis 1991. Elle est une ancienne musicienne professionnelle qui a la distinction d’avoir joué avec des légendes musicales comme Henry Mancini, Peter Nero et John Williams.

reine d’egypte d’ INUDOH Chie

 RÉSUMÉ

C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère (ils ont le même père seulement ) Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde ; Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

Mon avis sur le tome 1 : Personnellement on ne va pas dire que je suis une experte des mangas, ni de l’Égypte , je ne suis pas égyptologue pourtant je suis dingue de l’époque des pharaons, il me fallait donc lire ou plutôt déguster ce 1er tome et j’ai pas était dessus , bien au contraire, Hatchepsout est une jeune fille, femme forte , une féministe, pour elle une femme est à égalité avec un homme, d’ailleurs elle a apprit à se battre comme un homme, et c’est pas son demi-frère qui peut dire le contraire, malheureusement elle a du devenir une femme, et se comportait comme t-elle, après tout la beauté et l’élégance d’une femme est une arme supplémentaire , mais voilà elle a beau être reine,  elle n’a pas les droits qu’à le Pharaon, ce qui est injuste à ces yeux, elle est plus forte que son demi-frère , au palais les scribes et autres hommes de l’état la considère juste comme une reine, c’est insupportable pour elle , elle et Séthi , se détestent elle l’a mit sur le trône pour leur père, mais ne veut pas être sa femme dans tout les sens du terme , lui la considère comme une gamine et préfère son « Harem » ; le gros point fort de ce manga est surement  que l’Égypte ancienne est revisitée à travers les yeux d’Hatchepsout,  la grande reine qu fut la 2eme à devenir pharaon ! (seule 4 femmes le furent) , Reine d’Égypte n’est pas seulement un régal pour les yeux, c’est aussi une fresque historique minutieusement documentée sur le combat d’une femme trop libre pour son époque, allant de  son charisme, son intelligence et sa volonté sans faille. Je lui donne donc un 20/20 .

Mon avis sur le tome 2 : Ce tome est sorti le 8 juin , il me le fallait à tout prix j’avais tellement eu un coup de foudre pour le 1 tome, et que dire , j’ai eu encore une fois un coup de foudre , Notre reine ne veut toujours pas que son demi-frère qui est son mari l’a touche, lui est occupé à faire la guerre, elle cherche à amélioré la grandeur de son pays et devenir le pharaon, elle le sait elle vaut plus que son mari, qui lui a des tas de femmes dans son harem, dont l’une est une sale peste, elle dirige tout cela, et en plus s’attaque directement à notre chère Hatchepsout, qui reste froide, mais est également trop gentille malgré tout, elle perd son meilleur ami, et se rend compte qu’elle va devoir être encore plus méfiante , ce tome était superbe , bon il y’a des dessins de femmes dénudés alors c’est pas pour les enfants mais sinon tout va bien, je lu donne encore un 20/20 .

 

13 reasons why

13 reasons why, ou les 13 raisons en français , même si personnellement moi je traduit plus par « les 13 raisons du pourquoi », il faut savoir que la série de Netfix a était adaptée , d’un livre de Jay Asher, qui nous parle d’un suicide d’une jeune fille qui fut harcelé en gros l’histoire est simple : Clay Jensen ne veut pas entendre parler des enregistrements qu’Hannah Baker a laissés. Hannah est morte, ses secrets avec elle. Pourtant, son nom figure sur ces enregistrements. Il est l’une des raisons, l’une des treize responsables de sa mort. D’abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d’Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée . C’est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails : une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer .

Ainsi entre le livre et la série il y’a pas mal de différences, mais on final on a les choses les plus importantes bien présentes. La série développe plus la vie de toutes les personnes qui se sont moquaient, qui critiqués, ou qui ont abandonnés Hannah, entre ceux qui se sont servit d’elle, ceux qui ont étés des crétins, ou manipulateur ,on découvre leurs vies hors les yeux d’hannah, la série modifie donc le livre, mais la complémente également, pour le livre je peux mettre un joli 17, mais à la série je donne un bon grand 20/20, je pense que cette série doit être montrés aux jeunes entre 11 et 18 ans, pour leurs faire comprendre, que la méchanceté peut affectés les gens, et de manières différentes, certaines personnes ont pas peur de répondre aux critiques, d’autres ne répondent pas, d’autres en pleurent, et d’autres finissent par ce suicider , le monde est cruel , les gens vous jugeant ne valent pas forcément mieux, ainsi dans cette série voilà ce qu’on découvre, pour nos 14 ados bien présents dans l’histoire , je suis désolé si il y’a du bon spoliers mais je ne peux pas faire autrement

Hannah sait suicidé, car elle a vécus trop de choses horribles (critiques, abandon d’amis, agressions) , elle laisse 13 cassettes , qu’elle a confié à un ami, qui devra les balancés si tout est pas fait comme elle le veut , ainsi Tony se voit devenir le gardien des cassettes , dont 13 autres jeunes vont devoir écoutés il n’a que 3 filles, et le reste sont des garçons et un adulte, tous on fait des choses , comme racontaient des mensonges sur son dos, la prendre pour un bouche trou, se moquaient ouvertement d’elle, la draguait pour lui jouait de sales tours, ou encore avoir le béguin pour elle et ne jamais osait lui dire, ou lui dire et se faire remballer , et ensuite se venger, plus les cassettes défilent plus on apprend des choses terribles , et le manque d’envie d’hannah de vivre ou simplement même de survivre tout simplement , malgré on découvre que parmi ces bourreaux , l’un à une mère alcoolique qui préfère ces mecs à son fils, on découvre que l’un deux est un fils à maman, qu’un autre a tellement de frics qu’il pense qu’il peut tout faire, mais vraiment tout faire, qu’un autre a était trop gentil et ne sait pas assez battu pour elle, tous et toutes on leurs parts de responsabilité, quand une personne critique une autre, les gens rient , et ne l’a défendent pas par peur surement d’etre à sa place le landemain, mais si les gens qui rient ne le fessaient pas , peu etre que ces gens qui critiquent le feraient moins voir pas du tout, la vie est cruelle, et finalement, cette série montre à quel point c’est pas simple, certes c’était son choix de se suicider, mais si un ou deux trucs avaient été différent alors surement qu’elle se serait un peu plus battu . Mais avec les si on peut refaire tout un monde je le sais très bien .

Le Cid de Corneille

Résumé : Dans une Espagne médiévale, héroïque, éclatante, deux jeunes gens se déchirent et s’adorent. Pour laver un affront, Rodrigue tue le père de Chimène. L’honneur et le devoir exigent la vengeance et la haine, mais elle aime éperdument cet assassin.

Pierre Corneille, aussi appelé « le Grand Corneille » ou « Corneille l’aîné », né le 6 juin 1606 à Rouen et mort le 1 er octobre 1684 à Paris (paroisse Saint-Roch), il fut un dramaturge et poète français du XVIIe siècle.

Mon avis sur cette pièce de théâtre  : Je commence à croire que l’Espagne me colle à la peau, sans que je cherche à provoquer la chose , croyez moi j’ai rien provoqué du tout ; Cette pièce est pour moi l’une des plus belle,  vivante, parlant  d’un des grands drames romanesques. On commence à l’amour de deux jeunes gens, jusque là tout va bien , pour eux, le père de celle ci est même prêt à lui donner sa fille, que demander de plus dans ce joli bonheur? Peut être un malheur , car c’était trop beau pour pouvoir être vrai …. Ainsi donc le père de Chimène ( la promise de Rodrigue) déshonneur le père de celui, qui réclame sa vengeance, Rodrigue se sait déjà perdu , entre laver ou non son honneur, combattre et mourir , ou combattre et tuer, tout le mènera à sa perte, à la perte de l’amour de sa vie Chimène,  voilà donc un Rodrigue vainqueur et perdant à la fois, quand à cette jeune Chimène elle est dans le tourment comment aimé le meurtrier de son père? Mais également comment détester son âme sœur ? le livre se lit vraiment vite , avec la préface de Didier Bazy on a environ 108 pages à lire dans un format poche de quoi rire pour faire une chronique parfaite, impossible sans trop raconté l’histoire et spolier tout finalement cette pièce de théâtre fut pour moi un chant de désespoir et de révolte. j’ai vraiment aimé et je suis dis que je devais lui mettre un bon 18/20, pas une perfection car trop courte pour moi . Je deviens de plus en plus compliqué je l’avoue ….

pas pleurer de lydie salvayre

Lydie Salvayre, née Lydie Arjona en 1948, est une écrivaine de langue française même si ce n’est pas sa langue d’origine . Elle est lauréate du prix Goncourt 2014 avec son livre « pas pleurer » qui est traduit dans une vingtaine de langues .

Le roman met en scène la mère de l’auteur qui lui raconte au soir de sa vie la révolution libertaire de 1936 en Espagne. Il évoque en parallèle la figure de Georges Bernanos qui séjourne à Majorque lorsque la guerre civile éclate. D’abord sympathisant du mouvement franquiste, Bernanos est choqué par la barbarie des combats et révolté par la complicité du clergé espagnol avec Franco. Il rédige alors Les Grands Cimetières sous la lune, un violent pamphlet anti-franquiste qui aura en France un grand retentissement lors de sa publication en 1938, dont Lydie Salvayre cite plusieurs extraits. Le roman est entrecoupé de nombreux passages en espagnol, non traduits.

Un livre qui m’a bouleversé , qui fut à mes yeux plus qu’un coup de coeur, je lui donne donc un 20/20, même si j’ai envie de lui donner plus, de la premier page à la dernière, je suis sentie tellement en état de choc ou je ne sais pas quoi, j’ai eu la sensation, d’avoir pleins de sentiments en même temps : la peur, la haine, la tristesse, la révolte ….., Lydie écoute et écrit tout ce que sa mère lui raconte, soit son été de l’année 1936, là ou la guerre civil, arrive en Espagne, là ou tout à changé pour l’Espagne si on peut dire ainsi, la mère de la narratrice (l’auteur) raconte sa vie, elle n’a que 16 ans à l’époque, vit dans un tout petit village, son frère est un révolté contre le système, ou encore le fait qu’avec son frère et sa soeur elle va à la ville et rencontre un jeune homme qu’elle va aimé, ou encore d’autres choses , à l’époque il y’ avait beaucoup moins de droits pour les femmes : elle devait se marié , être mère-fille était vue comme un péché mortelle , une honte qu’une famille ne peut supporté, ou on cachait les filles dans les greniers , mais le livre parle également de milliers d’espagnols qui ont quitté l’Espagne pendant la guerre civil et après en 1937 quand franco obtient enfin le pouvoir , ce livre est un véritable chef-d’oeuvre, un vrai trésor, ce livre fut une véritable sublime découverte .